La maladie d'Alzheimer

Qu’est-ce que l’alzheimer?

À l’heure actuelle, environ 750 000 (15 %) des Canadiens âgés de 65 ans et plus souffrent de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre forme de démence. Selon certaines estimations, ce nombre aura doublé d’ici 2031. Ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer ne sont toutefois pas seuls, l’impact physique et psychologique sur les proches aidants est immense.

La maladie d’Alzheimer fait en sorte que les patients perdent graduellement la mémoire et, au fil du temps, leurs fonctions physiques. L’Alzheimer peut priver les gens de leur dignité et leur indépendance. Même si les médicaments peuvent aider, il n’existe aucun remède. Des études démontrent que la pratique régulière d’exercice est un élément clé pour bien vivre avec la maladie. Cela aide à maintenir les habiletés motrices, à réduire le risque de chutes et il a été prouvé que la pratique régulière d’exercice ralentit le taux de déclin des facultés mentales.

Le texte suivant est tiré du guide sur la maladie d’Alzheimer de la American Physical Therapy Association (APTA). Vous pouvez consulter le guide complet ici.

 

Pour les gens souffrant de la maladie d’Alzheimer, les recherches démontrent que :

  • L’activité physique peut améliorer la mémoire.
  • La pratique régulière d’activité physique peut retarder l’apparition de la démence et de la maladie d’Alzheimer.
  • La pratique régulière d’activité physique chez les gens atteints de la maladie d’Alzheimer peut retarder le déclin de la capacité de faire des activités de la vie quotidienne.

En tant que spécialistes du mouvement, les physiothérapeutes peuvent concevoir des programmes d’exercice pour les gens souffrant de divers problèmes de santé, y compris la maladie d’Alzheimer.

Aux stades léger et modéré de la maladie d’Alzheimer, les physiothérapeutes se concentrent sur le maintien de la mobilité chez les personnes qui en sont atteintes. Ils peuvent ainsi les aider à jouer le rôle que les patients occupent à la maison et dans la collectivité. Au stade avancé de la maladie, les physiothérapeutes peuvent aider les gens à continuer à faire leurs activités quotidiennes aussi longtemps que possible, ce qui réduit le fardeau de la famille et des aidants. Les physiothérapeutes peuvent aussi montrer aux membres de la famille et aux aidants comment améliorer la sécurité et répondre aux besoins d’un proche souffrant de la maladie d’Alzheimer. Les physiothérapeutes peuvent aider à améliorer la qualité de vie et possiblement retarder le besoin d’un placement en institution.

Les gens souffrant de la maladie d’Alzheimer développent d’autres problèmes de santé liés au vieillissement comme l’arthrite, les chutes ou la fracture des os. Les physiothérapeutes sont formés pour traiter ces problèmes sous-jacents chez les gens. Les physiothérapeutes tiendront compte des répercussions de la maladie sur d’autres problèmes de santé, sur la santé générale et sur la capacité de l’individu de comprendre des directives importantes.

quels sont les SYMPTôMeS?

Il y a 10 signes précurseurs d’une maladie d’Alzheimer possible :

  • Altérations de la mémoire qui perturbent la vie quotidienne
  • Difficulté à prendre des décisions, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de planification ou de résolution de problèmes
  • Difficulté à effectuer des tâches simples
  • Confusion dans l’espace et le temps
  • Difficulté à comprendre les images visuelles ou la façon dont les choses vont ensemble (relations spatiales)
  • Difficulté à trouver les mots justes à l’oral ou à l’écrit
  • Perte d’objets et perte de la capacité de retrouver son chemin
  • Mauvais jugement ou jugement altéré par rapport à la sécurité
  • Retrait des activités professionnelles et sociales
  • Changements d’humeur ou de personnalité

Les gens souffrant de la maladie d’Alzheimer peuvent aussi se perdre dans des endroits autrefois familiers. Au stade avancé de la maladie, ils peuvent devenir agités et errer plus particulièrement vers la fin de l’après-midi et dans la soirée (on appelle ce phénomène « le syndrome des états crépusculaires »). Ils peuvent s’isoler de leur famille et leurs amis ou voir et entendre des choses qui ne sont pas réelles. Ils peuvent aussi croire à tort que les autres mentent, trichent ou essaient de les blesser.

En plus de ces symptômes « cognitifs », les gens qui souffrent de la maladie d’Alzheimer au stade avancé peuvent se mettre à éprouver des difficultés à effectuer des tâches simples de la vie quotidienne. Éventuellement, ils peuvent avoir besoin d’aide pour se nourrir, se laver, aller à la toilette et s’habiller. Ils conservent toutefois habituellement la capacité physique de marcher jusqu’au dernier stade de la maladie. Cependant, en raison de la confusion, ils peuvent avoir besoin de supervision ou d’une aide à la mobilité pour les aider à se déplacer en toute sécurité.

COMMENT LA PHYSIOTHÉRAPIE PEUT AIDER

Le physiothérapeute peut utiliser diverses méthodes d’enseignement, techniques et approches uniques pour simplifier les directives :

  • Repères visuel, verbal et tactile – Le physiothérapeute donne « des repères » en pointant des objets ou en faisant des gestes. Par exemple, lever les deux bras peut signaler que la personne doit se lever. Il peut aussi donner les repères verbalement avec de brèves directives simples en une seule étape. Les repères tactiles comprennent notamment tenir la main du patient pour l’aider à marcher. Parfois, deux ou trois techniques sont utilisées en même temps.
  • Technique du miroir (imagerie motrice) – Avec cette technique, le physiothérapeute agit comme un « miroir », se tenant directement en face de la personne pour lui montrer les mouvements à exécuter. À titre d’exemple, le physiothérapeute lève son bras gauche pour aider la personne à lever son bras droit.
  • Morcellement de la tâche – Les physiothérapeutes sont formés pour donner des directives étape par étape, morcelant la tâche en plusieurs petits « morceaux » simples à effectuer séparément. Par exemple, si le physiothérapeute veut montrer à quelqu’un comment passer sécuritairement d’une position couchée dans un lit à une position assise sur une chaise, il pourrait demander à la personne de se pratiquer à rouler sur le côté, à pousser vers le haut pour s’asseoir pour ensuite s’installer sur une chaise, et ce, dans des étapes distinctes.
  • Enchaînement Le physiothérapeute peut donner des directives étape par étape en liant une étape à la suivante dans un schéma de mouvements plus compliqué. Habituellement, cette technique est utilisée lorsque le morcellement des tâches a été réussi et unit les étapes distinctes du mouvement qu’une personne effectue lorsqu’elle passe d’une position couchée dans un lit à une position assise sur une chaise, en faisant un seul mouvement fluide.
  • Facilitation main sur main – Le physiothérapeute prend la main ou une autre partie du corps de la personne qui doit bouger ou effectuer une tâche et bouge cette partie du corps et effectue le mouvement.

Même si les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer conservent habituellement la capacité de marcher au stade avancé de la maladie, des problèmes d’équilibre et de coordination entraînent souvent des difficultés à marcher. Le physiothérapeute entraînera les muscles pour qu’ils « apprennent » à réagir aux changements dans l’environnement comme les surfaces inégales ou instables.

COMMENT LES PHYSIOTHÉRAPEUTES PEUVENT AIDER LES MEMBRES DE LA FAMILLE ET LES AIDANTS

Les membres de la famille et les aidants peuvent avoir besoin de directives sur la façon sécuritaire de bouger, soulever ou transférer d’un endroit à un autre la personne souffrant de la maladie d’Alzheimer pour éviter que l’aidant ou la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer se blesse. En plus de prodiguer des soins pratiques, les physiothérapeutes donnent de la formation aux aidants pour améliorer la sécurité et pour diminuer les risques de blessure. Par exemple, le physiothérapeute peut montrer aux aidants comment utiliser l’équipement adapté et les dispositifs d’aide comme les systèmes d’assise spéciaux, les cannes ou les pinces à long manche et comment utiliser de bons « mouvements corporels » (c.-à-d. la façon dont on bouge pour effectuer une tâche).

Consultez ici le guide complet sur la maladie d’Alzheimer de la American Physical Therapy Association (APTA).

TROUVER UN PHYSIOTHÉRAPEUTE