La valeur de la physiothérapie: maladies pulmonaires chroniques

La maladie pulmonaire chronique est l’une des principales causes de décès au Canada. Une personne sur quatre recevra un diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) au cours de sa vie et devra également être traitée. L’exercice est un volet important de la réadaptation pulmonaire (RP), car il contribue à améliorer les performances fonctionnelles et la qualité de vie.

 

LE RÔLE DE LA PHYSIOTHÉRAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE PULMONAIRE CHRONIQUE

La RP, qui inclut la physiothérapie, est la norme de soins des patients ayant une MPOC. Ce programme comprend l’entraînement physique, la formation à l’autogestion et les interventions psychosociales et nutritionnelles. Les physiothérapeutes prescrivent des entraînements de forte intensité tout en recommandant des techniques d’autogestion appropriées. Les programmes de RP durent de six à 12 semaines. Tous les modes de prestation ont une efficacité équivalente et des résultats cliniques positifs chez les patients ayant une MPOC.

 

LES RÉPERCUSSIONS SUR L’EXPÉRIENCE DES PATIENTS

La participation à un programme de RP peut améliorer la santé et réduire l’anxiété relative aux effets négatifs de la MPOC tout en contribuant à une meilleure compréhension des divers symptômes.

Les programmes de RP :

  • comprennent l’entraînement à l’exercice et les stratégies d’autogestion;
  • réduisent les symptômes respiratoires et les incapacités;
  • accroissent la participation aux activités physiques et sociales;
  • réduisent les symptômes d’anxiété et de dépression chez les patients ayant une MPOC;
  • permettent aux patients ayant une MPOC de rester dans leur maison plus longtemps.

 

LES RÉPERCUSSIONS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION

L’exercice et les stratégies d’autogestion ont des effets positifs sur la gestion de soi et sur la qualité de vie liée à la santé des personnes atteintes d’une MPOC.

  • Les programmes de RP ambulatoires et multidisciplinaires améliorent considérablement la capacité à l’exercice et la qualité de vie des personnes ayant une MPOC.
  • La RP réduit les exacerbations, les hospitalisations et le nombre de journées d’hospitalisation de façon marquée dans l’année suivant la participation au programme.
  • La RP pour la MPOC réduit l’anxiété et l’essoufflement et améliore la perception de la santé.

 

SOMMAIRE

La réadaptation pulmonaire, qui inclut la physiothérapie, est recommandée parmi les volets de prise en charge de la MPOC figurant dans plusieurs lignes directrices internationales. C’est un outil efficace sur le plan clinique pour la prise en charge des personnes ayant une MPOC, qu’elles soient hospitalisées ou non. La physiothérapie est une intervention efficace qui contribue à la qualité de vie et réduit les pressions exercées sur le système de santé.

 

télécharger la maladies pulmonaires chroniques brief sheet

trouver un physiothérapeute
en savoir plus sur la maladie pulmonaire chronique

L’Association canadienne de physiothérapie (ACP) représente les physiothérapeutes, les assistants physiothérapeutes et les étudiants en physiothérapie au Canada. Les membres de l’ACP sont des professionnels de la réadaptation qui se consacrent à la santé, à la mobilité et à la forme physique des Canadiens.

Les physiothérapeutes sont des professionnels de la santé de première ligne qui allient leurs connaissances approfondies du corps et de son fonctionnement à des compétences cliniques pratiques et spécialisées pour évaluer, diagnostique et traiter les symptômes de maladies, de blessures ou d’invalidité.

Plus de 20 000 physiothérapeutes inscrits travaillent au Canada en clinique privée, dans des hôpitaux généraux et de réadaptation, dans des centres de santé communautaires, des foyers spécialisés et des établissements de soins de longue durée, des organismes de visite à domicile, des lieux de travail et des écoles.

L’ACP présente ses ressources d’éducation à titre d’information et de service public. Le contenu ne remplace pas les conseils médicaux professionnels, un diagnostic, ni un traitement. Les avis exprimés ne reflètent pas nécessairement l’avis des membres de l’ACP.