Le torticolis et la plagiocéphalie

Par Kasha Pyka

Avez-vous déjà remarqué une surface plate sur la tête de votre bébé? Ou peut-être avez-vous commencé à remarquer qu’il ou qu’elle ne regarde ou ne se tourne que d’un côté? Votre bébé pourrait même s’asseoir avec la tête inclinée d’un côté, semblant prendre la pose pour une photo. Chacune de ces caractéristiques peut se rapporter à ce qu’on appelle « torticolis » (c.-à-d. raideur des muscles du cou) ou « plagiocéphalie » (c.-à-d. aplatissement du crâne).

Qu’est-ce que le torticolis et la plagiocéphalie?

Avec l’arrivée de la Safe to Sleep® Campaign en 1994, l’objectif était de réduire le risque de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN) souvent appelé « mort au berceau ». Cette campagne préconisait le sommeil sur le dos pour les nourrissons, ce qui réduisait le SMSN de 94 %, mais qui menait à une augmentation de la plagiocéphalie de 1 à 300 à 1 à 50 naissances vivantes. Ceci a, par ricochet, augmenté le nombre de nourrissons à tête plate, donnant lieu à une augmentation du nombre de références pour des traitements de physiothérapie pédiatrique. Bien que les chiffres puissent sembler décourageants, les parents devraient trouver du réconfort dans le fait que les physiothérapeutes pédiatriques traitent un bébé sur deux avec cette condition et que des traitements simples se sont avérés les plus efficaces lorsqu’administrés les six premiers mois suivant la naissance!

Parallèlement à l’augmentation de la plagiocéphalie, on a constaté une hausse dans le torticolis de position (c.-à-d. raideur dans le cou pour les bébés qui dorment avec la tête tournée ou qui ont tendance à se tourner et à bouger d’un seul côté). Cette raideur provient du raccourcissement des « muscles sterno-cléido-mastoïdiens », soit deux longs muscles sur le devant du cou qui font incliner votre tête du même côté que le muscle et la font tourner du côté opposé au muscle. Comme pour la plagiocéphalie, l’augmentation du nombre de blessures de ce type peut inquiéter les parents, mais le fait de consulter un physiothérapeute pédiatrique les quatre premiers mois suivant la naissance s’avère bénéfique, avec une grande part de la thérapie qui s’effectue à la maison grâce aux parents!

À quoi ressemblent le torticolis et la plagiocéphalie?

Si vous vous interrogez à savoir si votre bébé souffre de torticolis ou de plagiocéphalie, surveillez les indicateurs communs suivants :

  • Votre enfant ne regarde que d’un côté;
  • Votre enfant incline la tête d’un côté lorsqu’il s’assoit;
  • Votre enfant a une surface plate sur la tête (soit sur un côté de la tête ou sur tout l’arrière de la tête) et/ou;
  • Votre enfant a de la difficulté à boire au sein d’un côté.

Si un ou plusieurs de ces énoncés s’applique à votre enfant, communiquez avec votre médecin de famille pour lui demander de vous orienter vers un physiothérapeute pédiatrique ou adressez-vous directement à un centre de traitement pour enfants.

Que puis-je faire à la maison en attendant?

Considérant le temps que les bébés passent à dormir durant les premiers mois de leur vie (et qu’ils dorment surtout sur le dos), vous devez contrecarrer cette position en les plaçant le plus possible sur le ventre! En plus d’empêcher les enfants de se coucher avec le derrière de la tête appuyé contre le matelas, ceci permet aux muscles derrière le crâne de s’activer. Ceux-ci jouent un rôle primordial dans le développement du crâne, réduisant par le fait même la plagiocéphalie et étirant les muscles du devant du cou, ce qui réduit les torticolis. La norme actuelle stipule que l’enfant doit passer au moins 60 minutes sur le ventre par jour, ce qui ne doit pas nécessairement être fait en une seule fois.

Vous pouvez utiliser ces stratégies simples afin de vous assurer que votre enfant passe suffisamment de temps sur le ventre :

  • Après un changement de couche, tournez votre enfant sur un côté et attendez qu’il bouge pour ramener son oreille vers son épaule au lieu de le prendre pour le placer sur le ventre (ceci renforce et étire les muscles du cou);
  • Si vous vous reposez, étendu sur le divan, placez votre enfant sur le ventre pour qu’il lève les yeux et vous regarde. Ainsi, non seulement cela permettra-t-il à votre enfant de passer le temps requis sur le ventre, mais cela vous permettra aussi de vous rapprocher de votre enfant!
  • Au lieu de tenir votre enfant le visage vers vous, tenez-le dos à vous pour qu’il regarde vers l’extérieur. Ceci est considéré comme du temps sur le ventre puisque votre enfant doit étendre le cou vers le haut et vers l’arrière pour pouvoir voir, ce qui active les muscles de l’arrière de son cou.

Placer votre enfant de façon à ce qu’ils reposent sur le côté opposé à la surface plate de son crâne lorsqu’il dort et étirer manuellement ses muscles tendus en amenant son oreille opposée à son épaule opposée constituent d’autres stratégies.

Pour des stratégies et des traitements plus ciblés, consultez votre physiothérapeute pédiatrique local!

Comment la physiothérapie peut aider votre enfant

Le rôle d’un physiothérapeute dans le traitement d’un torticolis ou d’une plagiocéphalie est de corriger la position de la tête/du cou de votre enfant et d’assurer le bon alignement du cou à l’avenir. Pour le torticolis de façon plus particulière, les thérapeutes vont étirer les muscles sterno-cléido-mastoïdiens tendus qui causent l’inclinaison de la tête ou la position préférée. Ils vont aussi renforcer les muscles du côté opposé pour remettre la tête de votre enfant en position neutre. Pour ce qui est de la plagiocéphalie, la physiothérapie peut aider à renforcer les muscles de l’arrière du crâne, ce qui contribue au développement du crâne de votre enfant. Dans un cas comme dans l’autre, une séance typique avec un physiothérapeute comprend : de l’éducation sur la façon de positionner votre enfant et diverses façons de le prendre pour étirer son cou, de même que des techniques pratiques par le thérapeute.


Kasha Pyka est une étudiante de deuxième année en physiothérapie et sera diplômée de l’Université Queen’s en août 2017. Elle a été plusieurs fois bénévole dans des établissements de soins pédiatriques comme le SickKids® et le Holland Bloorview) et a récemment effectué un stage en physiothérapie à Five Counties Children’s Centre, un centre de réadaptation pédiatrique ambulatoire. Outre son expérience clinique, Kasla appuie aussi l’application des connaissances d’autre contenu sur la physiothérapie grâce à son rôle de coordinatrice de la communication pour The Movement Centre.