6 questions fréquemment posées par mes patients atteints d’arthrose

Si vous avez déjà reçu un diagnostic d’arthrose, il y a de bonnes chances qu’on vous l’ait expliqué en disant que c’était le résultat de l’usure de l’articulation.

Après un tel diagnostic, vous commencerez peut-être à vous sentir protecteur par rapport à cette articulation douloureuse.

« Vais-je devoir arrêter la course? »

« Vais-je encore pouvoir jouer au golf? »

« Vais-je toujours ressentir de la douleur quand je bouge? »

Vous craignez peut-être aussi de devoir abandonner vos activités préférées ou de carrément devoir arrêter toute forme d’exercice pour éviter d’accélérer la dégénération de l’articulation.

Or, l’idée que l’arthrose est causée par l’usure est souvent mal interprétée. En fait, l’exercice (particulièrement dans le cadre d’un programme de musculation prescrit) peut être très bénéfique pour les articulations arthritiques.

Dans ma pratique de la physiothérapie, je vois souvent des gens atteints d’arthrose qui veulent non seulement atténuer la douleur, mais aussi obtenir réponse à des questions très pertinentes.

Voici six des questions que me posent le plus fréquemment mes patients atteints d’arthrose :

 

  1. Qu’est-ce que l’arthrite?

Étymologiquement, le mot arthrite provient du mot grec pour articulation (arthro) et du mot latin pour inflammation (itis).

Ainsi, l’arthrite est essentiellement une inflammation d’une ou plusieurs articulations qui affecte les tissus voisins.

Il existe différents types d’arthrite, mais les deux formes les plus communes sont l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde.

L’arthrose est une maladie dégénérative des articulations, tandis que la polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immunitaire systémique.

 

  1. Quel est le lien entre les femmes et l’arthrite?

L’arthrite est la maladie chronique la plus répandue chez les femmes et la troisième chez les hommes1.

Même si l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde sont des maladies différentes, elles sont toutes deux plus prévalentes chez les femmes, sans que nous sachions pourquoi. Ce que nous savons, c’est que l’obésité et le tabagisme sont des facteurs de risque de l’arthrose et de la polyarthrite rhumatoïde.

 

  1. L’âge est-il un facteur important?

On voit souvent l’arthrite comme une maladie de personnes âgées, mais vous serez peut-être étonnés d’apprendre que 56 % des Canadiens atteints d’arthrite ont moins de 65 ans2.

Autrement dit, l’arthrite peut aussi toucher des adultes dans la force de l’âge, des adolescents, voire des enfants.

 

  1. Pourquoi l’arthrose est-elle présentée comme le résultat de l’usure d’une articulation?

Le cartilage (un tissu conjonctif caoutchouteux qui sert de coussin entre les articulations) a besoin de bouger pour rester en santé.

Pour préserver la santé des articulations, il faut trouver un équilibre entre la régénération (construction) et la dégénération (destruction) du cartilage.

L’arthrose survient quand cet équilibre est rompu; autrement dit, quand il y a plus de destruction que de construction.

Comment pouvons-nous favoriser la construction de nouveaux tissus? En stimulant les articulations à l’aide de charges saines et mesurées (utilisées dans le cadre d’exercices guidés et prescrits) afin d’aider le cartilage à récupérer.

 

  1. J’ai reçu un diagnostic d’arthrose, dois-je faire moins d’activité physique?

Les personnes atteintes d’arthrose sont moins actives physiquement que les autres. C’est inquiétant, dans la mesure où l’inactivité est le quatrième facteur de risque en importance pour la mortalité et la morbidité.

Au Canada, quatre adultes sur cinq ne respectent pas les Directives canadiennes en matière d’activité physique de 150 minutes par semaine d’exercice physique d’intensité modérée ou élevée.

Non seulement l’activité physique atténuera-t-elle les symptômes de l’arthrose (comme la douleur articulaire et les raideurs), mais elle pourrait améliorer du même coup votre santé et votre bien-être global.

 

  1. En quoi la physiothérapie peut-elle m’être utile?

Les physiothérapeutes peuvent vous aider à trouver des exercices et des activités adaptés pour atténuer la douleur et l’inconfort causés par l’arthrose, tout en améliorant votre santé globale.

Il est très important de trouver un équilibre qui vous permette de renforcer vos muscles sans irriter vos articulations. La physiothérapie peut vous aider à trouver cet équilibre.

Si vous commencez un programme d’exercice, rappelez-vous qu’il faut du temps pour gagner en force. Il est mieux d’y aller lentement et sûrement que d’en faire trop, trop vite.

N’oubliez pas que si la guérison est lente, c’est parce que l’arthrose découle de nombreuses années d’usure de votre articulation.

 

Ce que les gens ne demandent pas, mais qu’il est bon de savoir

Trouvez un moyen d’incorporer vos exercices à votre routine quotidienne et trouvez des exercices que vous aimez faire. Les cours d’aquaforme peuvent être un excellent moyen de commencer votre programme de musculation. Ils vous permettront de faire plus d’activité physique sans trop solliciter vos articulations douloureuses.

Dans une étude publiée en 2015, Fisken et coll. notent que les personnes atteintes d’arthrose qui avaient suivi un programme d’aquaforme de 12 semaines avaient amélioré leurs capacités physiques, et notamment leur capacité à accomplir des tâches quotidiennes3.

En prenant le temps de participer à des cours d’aquaforme, par exemple, vous pourriez regagner les capacités que vous avez peut-être perdues.

 

Conseil en prime : BOUGEZ!

N’oubliez pas, vos articulations sont conçues pour bouger! Les physiothérapeutes sont votre meilleure ressource pour vous aider à atteindre vos objectifs de mise en forme et à réduire la douleur.

Nous pouvons recommander des exercices adaptés à votre situation pour renforcer les muscles voisins de vos articulations douloureuses. Ces exercices vous aideront en diminuant la douleur et la raideur et en améliorant vos capacités physiques.

Si vous ne retenez qu’une seule chose de cet article, que ce soit celle-ci : trouvez des exercices que vous aimez et bougez, bougez, bougez!

Nicole Hills, P.T., division santé des femmes de L’Association canadienne de physiothérapie
Women's Health Division of the Canadian Physiotherapy Association

 

Références

  1. Arthritis Community Research and Evaluation Unit (ACREU): Arthritis in Canada (Prepared for The Arthritis Society, 2013) 3.
  1. Arthritis Community Research and Evaluation Unit (ACREU): Arthritis in Canada (Prepared for The Arthritis Society, 2013) 5.
  1. Fisken, Alison L., et al. “Comparative effects of 2 aqua exercise programs on physical function, balance, and perceived quality of life in older adults with osteoarthritis.” Journal of geriatric physical therapy38.1 (2015): 17-27.
trouver un physiothérapeute
en savoir plus sur arthrite

L’Association canadienne de physiothérapie (ACP) représente les physiothérapeutes, assistants-physiothérapeutes et étudiants en physiothérapie du Canada. Les membres de l’ACP sont des professionnels de la réadaptation voués à la santé, à la mobilité et à la condition physique des Canadiens.

Les physiothérapeutes sont des professionnels des soins de santé primaires qui conjuguent leurs connaissances approfondies du corps et de son fonctionnement à des compétences cliniques pratiques spécialisées pour évaluer, diagnostiquer et traiter des symptômes de maladie, des blessures ou une incapacité.

Plus de 20 000 physiothérapeutes agréés travaillent au Canada, dans des cliniques privées et des hôpitaux généraux et de réadaptation, des centres de santé communautaires, des établissements de soins aux bénéficiaires internes et des résidences-services, des agences de visite à domicile, des milieux de travail et des écoles.

L’ACP présente ses références d’éducation comme service public et à des fins d’information seulement. Le contenu n’entend pas remplacer les conseils, le diagnostic ou les traitements assurés par un médecin professionnel. Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement celles des membres de l’ACP.